Marrakech cosmopolite

Le luxe et l’industrie de masse ont ceci de commun qu’ils s’affranchissent socialement et économiquement d’un ancrage social. Marrakech est une marque, un label, au mieux une série d’emplacements équivalents, un « spot » dans une constellation (Marbella, Miami, Saint-Tropez, Saint-Martin, Venise, etc.) à l’intérieur de laquelle il est plus important de circuler que de rester. Une marque, un label, un spot, mais pas un lieu.

The role of companies in smart city initiatives - the case of belgium

La croissance rapide de la population urbaine à travers le monde implique de nombreux défis économiques et sociétaux dans des domaines tels que le transport, le logement, l’emploi, l’éducation, la culture, la sécurité et la gestion des ressources comme l’eau, les déchets et l’énergie. Le concept de « smart cities » (villes intelligentes) émerge de plus en plus pour limiter les problèmes émanant de la croissance de la population urbaine et trouver des solutions innovantes pour relever ce défi. L’article ci-dessous repose sur un projet de recherche explorant l’état de développement des initiatives de « ville intelligente » en Belgique et, en particulier, le rôle des entreprises dans ces projets. Celui-ci a été mené dans l’esprit de la vie durable dans les villes. Il entend travailler avec les parties prenantes à la création d’alliances locales et régionales pour l’accélération du développement durable urbain. D’après les auteurs de cet article, les alliances territoriales permettront aux entreprises d’identifier, de saisir et d’élargir les opportunités de leur propre développement de manière intelligente, pérenne et inclusive.

Entretien avec Mohammed Amine El Hajhouj, Éco-Cité Zenata : un modèle pour l’Afrique ?

L’Éco-Cité Zenata est le plus grand projet d’aménagement du Groupe CDG dans le cadre de l’aménagement d’espaces urbains durables. Parmi ses finalités, la résorption des déséquilibres socio-économiques entre l’Est et l’Ouest du Grand Casablanca et la favorisation de la mixité sociale et spatiale, par la création d’emplois à forte valeur ajoutée dans la région.

Les jeunes de la région mena : Entre sous-emploi, inactivité et entreprenariat

Les jeunes du Sud développent de nouveaux répertoires économiques, des modalités originales d’insertion dans le monde du travail et contribuent activement aux changements et développement économiques. Mais, ils font face à de nombreuses contraintes et dynamiques d’exclusion. L’enjeu se situe en partie autour de la constitution de modèles entrepreneuriaux s’inscrivant dans une véritable politique d’inclusion de la jeunesse.

Les jeunes et la notion de marginalité

La marginalité ne se limite pas à des considérations matérielles, elle résulte aussi des politiques institutionnelles. Le statut de marginalisé attribué à un individu en tant que membre d’un groupe social nous permet de trouver les moyens novateurs et créatifs par lesquels les jeunes gèrent leur situation en tirant pleinement profit de leur marginalisation.

Les jeunes algériens : Leur situation et leur avenir

La place de l’emploi dans la vie des jeunes algériens1 revêt une importance capitale et conditionne l’intégration sociale des jeunes dans la société, voire leur équilibre psychologique. Cet emploi reste une perspective surtout liée au recrutement dans le secteur public. Il existe en outre une forte demande de communication et de dialogue qui demeure insatisfaite.

Marché du travail et jeunesse féminine, petit à petit, la niche se forme

Des jeunes filles sans qualification sont astreintes à des emplois non qualifiés, le plus souvent précarisés. Elles sont nombreuses dans le secteur de l’habillement, la grande distribution et les fermes agricoles. Mais, la scolarisation en cours et l’urbanisation accélérée permettent de plus en plus aux jeunes filles d’accéder à l’enseignement supérieur, les prédisposant à exercer des activités plus valorisantes.

Pages